Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Samir Ghezlaoui

L'Occident menace, l'Iran persiste: Vers un uranium enrichi à 20%

10 Février 2010 , Rédigé par Samir Ghezlaoui Publié dans #Dossier

L'Occident menace, l'Iran persiste
Vers un uranium enrichi à 20%

 

Par Samir Ghezlaoui

In Tribune Des Lecteurs du 10/02/2010

 

1-iranian-president-mahmoud-ahmadinejad-visits-the-natanz-nMalgré les protestations des puissances occidentales qui ont brandi la menace de nouvelles sanctions, l'Iran a lancé hier, officiellement, la production d'uranium hautement enrichi dans l'usine de Natanz en plein centre de la capitale, Téhéran. " Nous avons commencé aujourd'hui à enrichir de l'uranium à 20% sur une cascade de centrifugeuses séparée de l'usine de Natanz ", a déclaré le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique Ali Akbar Salehi. Il a précisé que cette cascade de 164 centrifugeuses, " produirait 3 à 5 kilos d'uranium enrichi à 20% par mois pour le réacteur de recherche de Téhéran, ce qui est le double de nos besoins ", déclare-t-il. Le lancement du processus d'enrichissement d'uranium à 20% a été notifié lundi à l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) dont des observateurs étaient présents hier à l'usine de Natanz. Cette usine est placée officiellement sous le contrôle de l'AIEA. L'annonce iranienne a suscité un tollé dans la communauté internationale, notamment parmi les puissances occidentales qui soupçonnent Téhéran de chercher à se doter de l'arme nucléaire. Notons que l'uranium doit être enrichi à 90% pour permettre de fabriquer une bombe atomique. Mais, selon plusieurs experts, l'Iran ne maîtriserait pas la technologie de la transformation de l'uranium en barres de combustible, qui servirait à cette activité. Les États-Unis et la France sont d'ores et déjà d'accord pour infliger des nouvelles sanctions à l'Iran, une position appuyée de force par Israël qui demande à ses alliés de réagir rapidement. Il faut dire aussi que cette fois-ci, Téhéran ne peut pas compter sur Moscou pour la soutenir, puisque les responsables Russes ont exprimé des doutes sur ses ambitions nucléaires. Ce qui semble être un durcissement de ton de Moscou envers son allié iranien. En effet, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov et la Secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, se sont entretenus sur plusieurs questions liées à la sécurité nucléaire, a indiqué hier le ministère russe des Affaires étrangères à l'AFP, dont l'importance de châtier l'Iran. En revanche, les Iraniens peuvent toujours compter sur leurs amis chinois puisque Pékin a réitéré son appel à la poursuite des pourparlers pour trouver une solution équitable et durable de ce conflit. De leur côté, les Turcs proposent leur médiation afin de trouver une solution diplomatique à la crise du nucléaire iranien. En tout cas, c'est ce qu'a signalé le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, qui se rendra dans les quelques heures à venir à Téhéran. Wait and see!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article