Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Samir Ghezlaoui

En attendant 300 autres pour demain: 205 familles de Diar Echems relogées

14 Mars 2010 , Rédigé par Samir Ghezlaoui Publié dans #Actualité

En attendant 300 autres pour demain
205 familles de Diar Echems relogées

Pa
r Samir Ghezlaoui
In Tribune Des Lecteurs du 15/03/2010

Quelques 200 familles ont soupiré, hier, à la cité Diar Echems relevant administrativement de la commune d’El-Madania. Ces familles ont été, enfin, relogées après plusieurs années de calvaire, vécu au quotidien. Cette action de relogement est une réaction directe des autorités locales par rapports aux violentes émeutes qui ont éclaté dans ce quartier populaire de plus de 1500 foyers, en octobre dernier.DSC_0094.JPG Très tôt le matin, les camions et les différents véhicules apprêtés pour déplacer les familles et leurs bagages ont pris la route vers Tixeraïne dans la commune de Birkhadem. Officiellement, 205 familles bénéficiaires ont rejoint les nouveaux appartements de type F3 et F4. Selon un responsable de la mairie d'El-Madania, l'opération de relogement « qui a touché, essentiellement, les familles qui logeaient, depuis des années, dans des habitations précaires au milieu de la cité », connaîtra une deuxième phase demain. « La phase d'aujourd'hui (hier) a été conclue par le relogement d'environ 200 familles, habitant le bidonville et les gourbis. L'opération de relogement se poursuivra, encore durant trois jours et s'achèvera avec le relogement, cette fois-ci, de quelque 300 familles des cinq anciens immeubles de la cité », nous a précisé notre interlocuteur. « Les relogés de mardi prochain rejoindront des appartements au quartier dit Djenane Sfari, toujours dans la commune de Birkhadem », a-t-il ajouté. Cette heureuse circonstance, pour les familles relogées dans des maisons dignes et respectueuses après des dizaines d'années de souffrance, était une occasion de faire la fête et de se féliciter. « Wach Farid Aâtawlkoum Dar. Bsehetkoum khou (on vous a donné une maison Farid ? Félicitations mon frère) », disait un jeune à son ami dont la famille a rejoint déjà sa nouvelle habitation. Durant toute la matinée et une partie de l'après midi, la cité précaire de Diar Echems a été marquée par un « brouhaha » inhabituel. Les gens allaient dans tous les sens. Si les familles bénéficiaires du relogement, du moins celles qui attendent avec impatience le mardi pour pouvoir déménager, vivaient une liesse en communion familiale, la colère des dizaines d'autres n'est pas à ignorer. En effet, les agents des travaux publics de la commune qui étaient sur place, dotés de leurs pioches et un bulldozer, ont eu du mal à terminer leur travail de destruction des baraques de fortune désertées par leurs habitants. Une vingtaine de familles refuse de quitter ces maisonnettes car, tout simplement, elles ne sont pas concernées par le relogement. D'après les témoignages que nous avons recueillis auprès des contestataires, leurs noms figuraient sur la liste des relogés jusqu'à la veille de l'action. Au matin, lorsqu'ils s'apprêtaient, comme leurs voisins, à quitter cette misère, ils étaient surpris par leur écartement de la liste des bénéficiaires. Ne comprenant pas la raison de cette mésaventure, « les victimes » crient au scandale et dénoncent des pratiques malsaines de la part des chargés administratifs de l'opération de relogement. Ces derniers ont demandé aux protestataires de déposer des recours auprès des autorités compétentes. Les ayant-droits, écartés, parlaient d'entraves, devenues traditionnelles chez nous, en l'occurrence les connaissances, la Hogra et la fameuse Tchipa. A moins que ce problème soit réglé rapidement, les choses risquent de déraper de nouveau dans ce quartier portant le nom du « Soleil », absent depuis des années à Diar Echems. (Pour plus de détails et de précisions, attendez notre reportage qui apparaîtra demain).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article